Commentaires du forum

Nouvelles professions
In Espace de discussion
C. Eury
19 janv. 2021
Bonjour @Annie Chapelier Tout l'intérêt d'avoir une spécialité telle que celle de puéricultrice, est justement de pouvoir se spécialiser auprès de l'enfant, quel que soit l'environnement, le milieu de vie pris en compte. Pourquoi limiter ce champ de compétences à un secteur ? Que faites-vous des besoins en ville, en Protection maternelle et infantile, sans parler de l'hospitalier ? Vous proposez que des IPA en santé scolaire accompagnent aussi bien les enfants que les enseignants... Mais quel rapport ? Les IPA en santé au travail que vous proposez également ne peuvent pas développer leur activité auprès des enseignants ? Vous parlez du bilan de santé des 6 ans, sans évoquer celui des 3/4 ans qui est pourtant un enjeu majeur en terme de repérage précoce. Vous évoquez la "surveillance de l'environnement", le "recueil des données de santé", les "premiers soins"... mais pourquoi ne pas mobiliser les IDE et IPDE déjà sur le terrain et à même de réaliser ces activités ! Finalement, les seuls éléments qui dépassent réellement le cadre réglementaire des infirmiers dans votre proposition sont la prescription de contraceptifs, d'anti-spasmodiques, d'antalgiques (mais seulement de palier 1 !). Créer une mention IPA pour cela me semble être une belle usine à gaz. Tout ça en enfermant les professionnels dans un unique secteur d'activité. En face, vous avez une spécialité qui vous propose une prise en charge globale de l'enfant, quel que soit son environnement, qui répond déjà en grande partie aux missions évoquées dans votre proposition d'IPA scolaire, et qui permettrait d'envisager un vrai parcours de santé de l'enfant et une offre de soins démultipliée vis-à-vis de la situation actuelle en France. Cela passe par la refonte de la formation des IPDE et un nouveau cadre d'exercice, non pas par une multiplication des mentions IPA par secteur. Je ne peux que vous inviter à penser la nécessité d'une formation dédiée à l'enfant et à sa famille, répondant aux besoins exprimés sur le terrain. Si vous envisagez la possibilité d'un autre modèle, les organisations représentatives telles que l'ANPDE et le CEEPAME pourront vous apporter des propositions très concrètes. Bien cordialement, Charles Eury Président du Collège des infirmièr(e)s puéricultrices(teurs)
0
C. Eury
Plus d'actions